Angélique Dumetz

José Mendes Furtado à gauche.

Le 13 octobre 1996, le corps d’Angélique Dumetz est retrouvé sur le bas-côté d’une route dans la forêt de Compiègne. La jeune femme de 18 ans a été poignardé et violée. Son corps présente des traces de lutte.

Du sperme est prélevé lors de l’autopsie, permettant d’établir un profil ADN. L’individu qui a eu un rapport récent, vraisemblablement non-consenti, avec la victime a un groupe sanguin bien spécifique : B+, un cas rare puisqu’il ne concerne que 10% de la population.

Mais à l’époque, il n’existe aucun fichier d’empreintes génétiques en France, contrairement à l’Angleterre et aux Etats-Unis. Parviendra-t-on à retrouver le meurtrier d’Angélique ?

Ressources mentionnées

Association Angélique, un ange est passé

Partager: